Contribution de l’AR32 IHEDN NC pour l’actualisation du Livre Blanc de la Défense

Depuis la rédaction du Livre blanc de 2008, les évolutions (stratégiques, économiques et financières, religieuses, …) du monde rendent encore plus stratégique la présence de la France et de l’Europe en Asie-Pacifique (zone de croissance économique et nouveau centre de gravité géopolitique). La compétition mondiale, dont les aspects économiques et financiers sont prépondérants, se joue de plus…

 

CONTRIBUTION DE L’AR32 de NOUVELLE-CALEDONIE

À LA REVISION DU LIVRE BLANC 2008 DE LA DÉFENSE

 

 

Redéfinir et déterminer quelles missions doivent être confiées aux forces armées, c’est définir un modèle d’armée non seulement à partir des capacités qu’elle peut aligner mais surtout en fonction des choix , des efforts et de l’ambition de la France.

Dans le cadre de la révision du Livre Blanc de la Défense , par l’actualisation de celui publié en 2008 ,quatre axes de réflexions peuvent être étudiés autour de la place de la France dans le Pacifique en regard des données géostratégiques et géopolitiques actuelles .

 

I – L’ASIE-PACIFIQUE : ZONE D’INTÉRÊT CROISSANT POUR LA FRANCE ET L’EUROPE

 

 

Depuis la rédaction du Livre blanc de 2008, les évolutions (stratégiques, économiques et financières, religieuses, …) du monde rendent encore plus stratégique la présence de la France et de l’Europe en Asie-Pacifique (zone de croissance économique et nouveau centre de gravité géopolitique). La compétition mondiale, dont les aspects économiques et financiers sont prépondérants, se joue de plus en plus dans cette partie du monde. Ne pas s’y développer revient à perdre des opportunités et laisser les autres  s’en saisir (Annexe 1).

 

 

II – L’ASIE-PACIFIQUE : ATOUT POUR LA FRANCE ET L’EUROPE

 

 

Les atouts de la France dans le Pacifique relèvent de la défense globale : proximité d’importants marchés pour les entreprises françaises, notamment celles du secteur de la défense ; gestion des crises et assistance humanitaire, recherche, coopération scientifique et culturelle, recueil et partage du renseignement, souveraineté sur de vastes espaces maritimes riches de ressources minérales, halieutiques et énergétiques… (Annexe 2).

 

 

III – LE PACIFIQUE, ZONE D’INFLUENCE AU PROFIT DE LA FRANCE ET DE L’EUROPE

 

 

Les collectivités françaises du Pacifique (la Nouvelle-Calédonie au premier chef compte-tenu de sa situation géographique, ses ressources notamment minières, métallurgiques (trois usines de transformation du nickel de taille mondiale), sont les “porte-avions” des structures publiques et privées nationales, notamment pour le soutien aux administrations et aux entreprises. Les structures déconcentrées et décentralisées, tout en assurant la protection des intérêts nationaux et des populations françaises, peuvent aussi être des relais d’action et d’influence régionaux (Annexe 3).

 

 

 

IV – LE PACIFIQUE : LIEU DE SYNERGIES POUR LA France

 

 

Les nécessités de la défense et la sécurité nationale imposent à la France de valoriser sa présence dans le Pacifique, dans le cadre d’un plan stratégique cohérent :

 

       en maintenant le dispositif actuel des Forces Armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC)  et de celles de Polynésie Française (FAPF) , lequel a aujourd’hui atteint un seuil plancher tout juste suffisant et qui demeure d’un excellent rapport coût-efficacité),

       en développant les synergies entre les différents acteurs nationaux : ministère de la Défense, ministère des Outre-mer, ministère des Affaires Etrangères, ministère du Commerce Extérieur et Ubifrance, Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie…,

       En impulsant la coopération avec les États de la zone pour renforcer les atouts exposés en II, (Annexe 4).

 

-=-

 

La présence française dans le Pacifique s’inscrit, par conséquent, dans une approche systémique favorisée par une nouvelle gouvernance institutionnelle à l’égard des collectivités françaises dans le Pacifique Sud qui permet à la France d’être acceptée à la table des puissances régionales. Il convient de bien mesurer combien les moyens, et notamment ceux de défense, sont nécessaires pour maintenir et développer les ambitions de la France.

                                                                                                         AR IHEDN NC, Nouméa, Octobre 2012